Accueil Economie - Société Contribution - NIGER : UN VERRE A MOITIÉ PLEIN

Contribution - NIGER : UN VERRE A MOITIÉ PLEIN

Oui, frères et sœurs Nigériens, le bon sens l’emportera et ce, malgré tout ce qui peut sembler s’y opposer encore aujourd'hui. Oui, frères et sœurs Nigériens, je parie sur notre marche inexorable vers le progrès et ce, au détriment du malentendu en cours, d’une simple vue de l’esprit ou de toute clause de style.  Mais me direz-vous, où suis-je allé puiser tant de conviction avec tant d’assertion ? C’est ici même chez nous où …tout n’est jamais aussi simple et n’a jamais été aussi simple. Le Niger, à travers les vicissitudes, vices et sévices tout au long de son histoire, a toujours su faire face à l’épreuve, a toujours su dépasser ses querelles et a toujours pu se soutenir dans l’adversité et à venir à bout de ses malentendus, bref ! est toujours sorti vainqueur de son instabilité politique, de la précarité et de la fragilité de son processus démocratique. Certes, des motifs de tristesse, d’inquiétude, de déprime, de doute, d’affaiblissement moral, de désespoir, et d’incertitude ont jalonné, rythmé et ébranlé notre vie politique et nos institutions, allant jusqu’à provoquer souvent d’énormes ruines morales et matérielles. Celles-ci ne se sont pas encore relevées que des menaces encore plus effrayantes semblent surgir ou se profiler.

L’ordre ne semble pas encore être dans les choses, ni la paix dans les âmes et c’est tant et si vrai qu’il faut en être inquiets à cette sorte de carrefour ambigu où nous nous trouvons et où nous nous interrogeons plus que jamais sur notre avenir. Pour autant, frères et sœurs de mon pays, malgré tous ces maux et tous ces périls, rendons d’abord grâce à ALLAH LE TOUT-PUISSANT : nous avons la vie, nous avons un corps plein de sang, nous avons une intelligence vive, un cœur alerte et surtout une FOI. Eh bien, soyons d’abord fiers d’être les maîtres de tous ces biens, et aussi longtemps qu’ils nous appartiendront, il ne dépendra de nous que d’en user sagement ; et la sagesse est l’art du bonheur. Le monde me direz-vous est absurde ou méchant ? eh bien, dans le périmètre de notre territoire, sachons lui donner une raison. Les catéchismes sont usés pensez-vous, les codes périmés et les dés pipés ? Quand bien même cela serait, nous ne devons pas rester sans règles : il resterait encore un sens dans nos cœurs aux mots PAIX, ESPOIR et DÉVELOPPEMENT. Frères et sœurs de mon pays, c’est en toute humilité que je m’adresse à vous. Aucune de ces joies sur cette terre ne va sans traîner son ombre, son double de peine ou de cruauté. Je vous invite seulement à faire confiance à cette planche de salut : un humanisme sans illusion mais surtout, à ne pas écouter ceux qui voudraient nous fixer dans le désespoir : la vie humaine commence de l’autre côté du désespoir !

Le Niger aujourd’hui – Dieu merci – est bien un verre à moitié plein plutôt qu’un verre à moitié vide. Celui-ci se remplira lentement peut-être, mais se remplira bien un jour, in Cha Allah ! Disons donc non et avec force aux anomalies démocratiques et autres comportements surannés en épousant notre temps.  Frères et sœurs de mon pays, femmes et hommes politiques de tout bord, Chefs coutumiers, confessions du Niger, jeunes, travailleurs, paysans et agriculteurs, n’arrêtons pas de prier en chœur ni de cesser d’implorer ALLAH LE TOUT-PUISSANT  en cette période post-Ramadan pour la réconciliation de tout un Peuple avec lui-même, amîn. Qu’aurons-nous alors à reprocher au destin ?

Maurice GUIRÉ, écrivain à Agadez

 
Bannière

A la une

Abonnement

Télécharger un journal

Rechercher

En bref

Les travailleurs d’Imouraren SA en grève de 48 heures

Un courrier parvenu à notre rédaction nous apprend que les travailleurs de Imouraren SA observent une grève de 48 heures pour réclamer des conditions de travail plus acceptables. (lire la lettre en cliquant ici).

Suite aux dernières nouvelles sur la négociation en cours, un seul point à été cédé par la Direction à savoir le point 3 du préavis (jours de congés spéciaux non pris et de récupérations travaillés à 150 % avec rétro à partir du 1er Juin 2011); sur le point 1 du préavis pas d'accord (la prime de zone désertique sera néanmoins payée à partir de Mars 2012); sur le point 2 la Direction maintient sa position de ne payer la prime d'équipement qu'aux PSD à Niamey (pas d'accord), les négociations ont été suspendues par le médiateur (Inspecteur de travail) pour reprendre demain au niveau du point 4 (congé annuel ou treizième mois).

Nous y reviendrons.



"); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {}