Groupe de presse Aïr Info Niger

Exploitation minière au Niger : Une chimère nommée Imouraren

Il se passe de choses bien étranges dans nos sociétés minières. Notre confrère Le Courrier avait en son temps dénoncé certaines pratiques ayant rapport avec la Plateforme d'Areva et les exactions commises par celle-ci. Depuis, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts. La plateforme a été dissoute sur instruction du Chef de l'Etat Mahamadou Issoufou et les sociétés Somaïr, Cominak et Imouraren ont regagné une relative autonomie vis à vis d'Areva Mines. Areva n'est donc plus la caverne d'Ali Baba bien qu'elle gère toujours les aspects à " forte demande de synergie tels que les Systèmes d'Information, la Géologie, le développement durable et la communication.

Décortiquer ces fonctions et leur manque à gagner pour le Niger ne serait pour nous qu'une perte de temps, d'autant plus que le gouvernement suit le sujet de très près et connait aujourd'hui au centime près le jeu de refacturation d'Areva sur ses "filiales".

Ce qui nous intéresse ici est le projet Imouraren, et surtout la faisabilité d'un début d'exploitation pour 2015 et les retombées pour le Niger. Pour le premier point, il n'est de secret pour personne que le Président de la République a fait du début d'exploitation à la mi-2015 son cheval de bataille. Imouraren est comme qui dirait son "bébé". Il veut le voir aboutir pour le bien-être des populations nigériennes et ne laisse donc aucune marge de manœuvre à Areva dans ce sens. Un nouveau report de l'exploitation n'est pas négociable et Areva le sait. Cependant, connaissant la fébrilité du cours actuel de l'uranium et sachant qu'aucune reprise n'est prévue avant 2018-2020, Areva en tant qu'entreprise privée dont le seul but est le profit n'a aucun intérêt à promouvoir un projet de deux (2) Milliards d'Euros qui n'aura aucune rentabilité à court et moyen terme. Pire encore, tous les analystes s’accordent sur le fait que l'annonce même de l'ouverture d'une mine à ciel ouvert d'une capacité de 5 000 tonnes par an (Somaïr et Cominak combinés) entrainera une chute conséquente du prix de l'Uranium. Que faire dans ce cas pour Areva ? Soit on joue la montre, ce qui vu les positions du Chef de l'Etat Mahamadou Issoufou est impossible ! Soit on dépense au mieux les deux (2) milliards d’Euros d'enveloppe quitte à mettre le projet sous cocon en 2016. Et c'est là que l'on retrouve toute la subtilité et le savoir-faire de la plus grande firme multinationale dans le domaine de l'Uranium.

Mis à jour ( 31 Octobre 2013 ) Lire la suite...
 

Déclaration de la société civile d’Arlit pour une prise en compte effective des préoccupations des populations dans les mines d’Uranium.


Déclaration  de la société civile d’Arlit à l’issue de la marche de soutien au gouvernement nigérien dans le cadre des négociations avec le groupe AREVA, pour une prise en compte effective des préoccupations des populations dans les mines d’Uranium.

Monsieur le Préfet du département d’Arlit,

Monsieur le Maire de la commune urbaine d’Arlit,

Honorable  député national

Messieurs les Maires des communes,

Messieurs les conseillers municipaux,

Messieurs les responsables des forces de défense et de sécurité,

Messieurs les Honorables Chefs traditionnels,

Mesdames et Messieurs à vos titres et grades,

Nous voilà une fois de plus infatigablement dans les rues de la commune urbaine d’Arlit pour à la fois exprimer nos mécontentements, désapprobations et ras-le-bol contre ce têtu du groupe AREVA et ses filiales au Niger SOMAIR, COMINAK  et Imourarene et  apporter notre soutien sans faille au gouvernement du Niger pour que cette fois ci les résultats des négociations soient à la hauteur des attentes des populations nigériennes.

Lire la suite...
 

Communiqué de presse AGHIRIN'MAN 16 octobre 2013

Alors que la presse nationale ne cesse de vanter prématurément "l’exploit" d’Edf aidé d’un consortium Chinois, un tour de table de financeurs complèté par le groupe Areva,  pour la construction de deux EPR en Grande Bretagne pour un montant investissement de 16 milliards d’euros ( 45% Edf 10 % Areva, le reste en apport capitalistique chinois), les dégâts environnementaux et les impacts sur la santé occasionnés par l’industriel français au Niger, sont toujours ignorés par la presse en métropole.

Une pollution scandaleuse qui est de plus en plus contesté par les populations locales. Notamment par l’association AGHIRIN'MAN et la Coordination des Organisations de la Société Civile d’Arlit, qui ont organisé une marche de protestation à ARLIT (Niger), le 12 octobre 2013 rassemblant plus de 5000 manifestants. 5000 qui ont été réduits à 200 manifestants par le transparent service de communication d’Areva !

Communiqué de presse AGHIRIN'MAN 16 octobre 2013

AGHIRIN'MAN et la Coordination des Organisations de la Société Civile d’Arlit ont organisé une marche de protestation à ARLIT (Niger), le 12 octobre 2013 pour soutenir le gouvernement nigérien dans les négociations occasionnées par le renouvellement des contrats entre le Niger et le groupe AREVA, pour que cette fois ci leurs résultats soient à la hauteur des attentes des populations nigériennes.

Lire la suite...
 

Acculés, les Toubous menacent de quitter la ville d’agadez

Le lundi dernier, la ville d’Agadez était sous haute tension. Et pour preuve ! Après un accident de circulation, des jeunes conducteurs de motos communément appelés kabou kabou prennent en chasse le chauffeur et arrive à l’immobiliser.

C’est un Toubou qu’ils commencent à rosser de coups. Avant l’arrivée des forces de l’ordre, le véhicule sera incendié par les jeunes d’Agadez visiblement excédés par les comportements de ces chauffeurs qu’ils : « taxent d’ignorer le code de la route et de n’ avoir aucun respect de la vie humaine ».

Lire la suite...
 

Contre l’attaque du village de anou makarane (rta) par deux bandits armés et la bastonnade des villageois par des éléments de l’armée

Deux bandits armés de kalach ont fait irruption hier (Ndlr 20 mars) au village de Anou makarane plus connu sous le nom de RTA. Les deux bandits venus à bord d’une moto ont tiré sur deux personnes qui les ont surprises dans leur opération de vol de moto. Une balle a touché un villageois à la jambe et une autre a touché une autre personne à la main.

Lire la suite...
 
Page 1 sur 26
Bannière

A la une

Abonnement

Télécharger un journal

Rechercher

En bref

Les travailleurs d’Imouraren SA en grève de 48 heures

Un courrier parvenu à notre rédaction nous apprend que les travailleurs de Imouraren SA observent une grève de 48 heures pour réclamer des conditions de travail plus acceptables. (lire la lettre en cliquant ici).

Suite aux dernières nouvelles sur la négociation en cours, un seul point à été cédé par la Direction à savoir le point 3 du préavis (jours de congés spéciaux non pris et de récupérations travaillés à 150 % avec rétro à partir du 1er Juin 2011); sur le point 1 du préavis pas d'accord (la prime de zone désertique sera néanmoins payée à partir de Mars 2012); sur le point 2 la Direction maintient sa position de ne payer la prime d'équipement qu'aux PSD à Niamey (pas d'accord), les négociations ont été suspendues par le médiateur (Inspecteur de travail) pour reprendre demain au niveau du point 4 (congé annuel ou treizième mois).

Nous y reviendrons.

Syndication

feed-image Flux RSS


"); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {}